GeoWeb, Information géographique, Mashups, APIs cartographiques, Géolocalisation, Webmapping

Mapquest voit son avenir avec OpenStreetMap

Audrey

10 juillet 2010
par Audrey · 4 Commentaires
Catégorie(s) : Données géographiques, Geolocalisation, Mapquest, Open Source

image et l’open source. En ce moment même, la conférence State of the Map se tient à Girone en Espagne. C’est à cette occasion que Mapquest a décidé de dévoiler sa nouvelle stratégie.

Un site basé sur OpenStreetMap
Mapquest ouvre en version bêta le site open.mapquest.co.uk  (centré sur le royaume-uni mais tous les pays sont accessibles) qui s’appuie sur les données OpenStreetMap, sur un ensemble d’outils open source ainsi que sur leurs propres technologies (service d’itinéraires et leur nouvelle interface utilisateur).

image

Mapquest passe le cap et décide de se lancer dans l’aventure Open Source. Voici les paroles de Randy Meech, directeur technique :

“We believe that open source is ultimately the future for AOL’s local and mapping applications. And we’re very excited about supporting OpenStreetMap, which powers the maps behind Patch, our local news and information platform. We believe community generated maps that are of high quality and accuracy will end up ultimately being the better mapping product for users. Allowing users to improve the areas they know and care about like streets in their neighborhood, in addition to hiking trails, parks and bike paths, we believe will lead to the best mapping experience for all users.”

1 Million de dollars pour OpenStreetMap

Sur leur blog technique, Mapquest présente le déroulement du projet. Ils ont décidé d’investir 1 million de dollars dans les données OpenStreetMap aux Etats-Unis pour améliorer et supporter la nouvelle plateforme locale d’AOL Patch qui utilise des données OpenStreetMap depuis novembre 2009.

View more presentations from Randy Meech.

Mapquest annonce aussi qu’ils utilisent des outils open source disponibles pour manipuler les données OpenStreetMap comme Mapnik, TileCache. Ils ont travaillé avec le créateur de Mapnik, Artem Pavlenko, pour permettre à l’outil de répondre à leurs besoins. Cette démarche est plus qu’appréciable : Mapquest ne se contente pas d’utiliser les données OSM mais affiche une volonté d’avoir une plateforme open-source et de contribuer à améliorer les outils qu’ils utilisent. Une relation qui se veut à double sens = une bonne nouvelle pour toute la communauté open source.

Pourquoi?

C’est une décision stratégique. Depuis l’arrivée de Google Maps, il y a un peu plus de 5 ans, Mapquest et le géant américain se livre une véritable guerre. L’acteur historique a su innover et changer de stratégies en 2008 pour garder son leadership (voir articles Mapquest is back : ici et ici). Malheureusement il est difficile de résister au rouleau compresseur Google. Selon comScore, Mapquest a eu 49 millions de visiteurs uniques en mai contre 63 millions pour Google. Google a su mettre les moyens pour monter en puissance: licence exclusive sur les images satellites avec GeoEye-1, collecte des données Street View, plateforme d’édition de données vectorielles Google Map Maker et plus récemment l’abandon des données TeleAtlas pour les Etats-Unis qui a permis de lancer leur produit de navigation. Google s’est constitué sa propre chaine de production de données vectorielles et fonctionne pratiquement en circuit fermé.  L’acquisition de données est un véritable coût pour les plateformes cartographiques. Les sociétés regardent de près l’évolution d’OpenStreetMap mais restaient frileux à cause de la licence. Google lui-même avait pensé utiliser OSM mais avait reculé à cause des différents cas d’utilisations (voir article vectorOne). Vu la politique de Google, Mapquest se doit aussi de baisser ses coûts d’acquisition de données et on comprend très bien ce rapprochement.

Pour l’instant, le site principal Mapquest.com reste avec des données Navteq mais le positionnement stratégique est clair. La société cherche le moyen de payer moins de licences pour les données et parie que les données OSM seront fiables et  moins chères à l’exploitation grâce aux utilisateurs mais aussi à leur  propre contribution.

Cette annonce confirme l’attraction suscitée par le projet OpenStreetMap. OSM monte en puissance et devient un maillon incontournable (voir article les données cartographiques ont la côte).
Je suis impatiente de voir les retours de cette expérience!

Pour en savoir plus :

Communiqué de presse
Blog Mapquest
ReadWriteWeb
Wall Street Journal

Tags :

Partager sur :


4 commentaires